Rechercher
  • Andréanne Tessier inf

Les émotions dans le piton


Êtes-vous comme moi, à fleur de peau actuellement? Avez-vous les larmes qui vous montent aux yeux pour un rien? Un ami me disait récemment, un peu désemparé: " Andréanne, j'ai des émotions!". Oui, moi aussi. Des émotions on en a tous, tout le temps, mais là, poussés dans nos derniers retranchements, elles sont un peu plus difficiles à gérer.


J'ai pourtant l'impression de plutôt bien gérer la situation, mais n'empêche que je suis émue aux larmes devant chaque film que je regarde, même ceux qui sont pourtant franchement prévisibles. Comme si mon inconscient voulait m'envoyer un message que je ne comprends pas tout à fait. Comme si lui, reconnaissait la fin d'une chose qui n'est plus avant que j'en prenne vraiment conscience. La fin de quoi je ne le sais pas trop. La fin d'une ère peut-être ou la fin d'une façon de faire. Parce que c'est ça la tristesse, c'est notre cerveau qui fait le deuil de ce qui est révolu. Et ce, souvent avant même qu'on ait pris conscience de ce dont il s'agit.


La magie dans tout ça, c'est que ça n'a pas vraiment d'importance de comprendre. Si comme moi, votre cerveau vous crie que c'est terminé, vous pourriez tout simplement l'écouter. Reconnaître que quelque chose vous rend triste, observer ce que ça provoque en vous. Une tension, un mouvement, une libération? Et tout simplement accepter que c'est. Parce que c'est là et que comme je l'explique à ma petite, quand on ferme les yeux, les choses ne disparaissent pas. Vous serez peut-être étonnés de voir la vitesse à laquelle cette tristesse se transformera alors en quelque chose d'autre, de plus léger peut-être ou de plus doux. Comme si une fois reconnue, elle peut enfin laisser la place à quelque chose de nouveau. Quelque chose de différent. Quelque chose qui au lieu de nous rattacher à ce qui nous manque, nous propulse vers ce qui nous fera du bien. Parce que la fin de quelque chose, c'est aussi le début d'une nouvelle chose. Une nouvelle ère ou une nouvelle façon de faire. Parce que faire évoluer votre pensée pour vous adapter, c'est gagner en liberté. C'est choisir de vous diriger vers l'avenir.


Je suis certaine que si vous y prêtez attention, vous pouvez déjà sentir cette transformation se mettre en branle. Ce mouvement, cette légèreté qui veut s'installer. Et pourquoi pas déjà ce sentiment de liberté qui fait redresser la tête et respirer pleinement avec la conviction que vous êtes sur le bon chemin, et que cette tristesse finalement est peut-être une bénédiction.

22 vues0 commentaire

Contact

41 Pierre-Bouchard

Lévis, Qc G6V 3L9

Tel: 418-838-5700

andreannetessierinf@gmail.com

  • Facebook

Inscrivez-vous à notre infolettre